Vendredi 24 Mai 09:21 GMT 
à Bamako [La Météo]
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Société
Origine des Touré, Tandina, etc. du Nord : Bref aperçu sur l’histoire des Armas
 22 Septembre, 24/06/2010 Commentaires [ 15 ] E-mail Imprimer

En visite à Tombouctou pour l’inauguration à la fois de l’Agence de la BIM-Sa et d’une école au profit de l’Association des femmes musulmanes de Tombouctou, l’Ambassadeur du Maroc au Mali, Moulay Idriss Fadhyl, a rendu visite à la chefferie traditionnelle de la ville. C’est ainsi qu’il a été reçu dans la grande famille d’Alkaya Ibrahim, à Badjindé. Tous les Armas de la ville y étaient présents pour la circonstance. C’est ainsi que Kalil Ibrahim Touré a été chargé de faire un bref aperçu sur l’histoire des Armas dont l’origine certes lointaine est marocaine mais aussi andalouse. Voire ci-dessous, le texte de M. Touré.

 Tombouctou, important centre Commercial, fut convoité, tour à tour, par les Touaregs, les Mandingues et les Songhoï. Et, c'est aussi pourquoi les Marocains s'en emparent à la fin du XVIe siècle.

En effet, Ahmed Almansour Sultan du Maroc, dès son accession au trône a nourri le projet de conquérir l'empire Songhoï.

Fin 1590, il y envoya une Expédition militaire composée de   Renégats espagnols, de mercenaires andalous et des arabo  berbères du Maroc, commandée par son capitaine de confiance Djouder ou Pacha Djawdar un andalou originaire de cuevas d'Almouze de la région d'Almeria. La Colonne quitta Marrakech et gagna Tondibi à 50 Km de Gao, le 12 Mars 1591 où la victoire de l'armée marocaine fut imminente et totale grâce à leurs mousquets jusqu'alors ignorés des Songhoï qui n'avaient pour seules armes que des lances et des Javelots.

Le 25 Avril 1591 Djouder de Gao revient à Tombouctou pour cause de rigueur climatique   qui devient la capitale de cette colonie marocaine, appelée Pachalik. La même année, il édifia la première forteresse militaire ou Casbah du soudan. Plusieurs butins furent acheminés au Maroc, jusqu'à la disparation en 1603 d'Almansour "EL DHABI"

En 1612 le Maroc cessa d'envoyer des contingents et de nommer les Pachas de Tombouctou. Du coup le Pachalik devient indépendant et les successeurs des marocains de la première heure de la conquête, du corps expéditionnaire et d'autres arrivés dans la région à la fin du XVIe siècle se métissèrent rapidement à l'aristocratie locale et leurs descendants formèrent la dynastie ou groupe sociale des Armas (qui veut dire porteurs de fusils). Ceux-ci succédèrent au pouvoir jusqu'en 1833 en maintenant les structures administratives existantes. Cette communauté Arma vit à Tombouctou, ainsi que sur la région subsaharienne ou historiquement elle est née et s'est développée. Ces métisses Hispano-marocains, constituent un élément ethnique nouveau dans la boucle du Niger et sont désignés ainsi :

Arma : au Maroc et à Tombouctou

Rouma : à Bamba

Larbo : à Gao

Moriscos : en Espagne

Rami : par les Touaregs.

Leurs patronymes sont variés selon leur lieu d'origine. Ainsi on appellera :

 

Draouï celui dont le père ou l'ancêtre de l'oued DRA

Alfasin : de FEZ

Almarkassin : de Marrakech

Aldyubarkoï : des montagnes Djebel du sud

Alhaha : Des Tribus haha

Alfilali : du Tafilet

Laloudjî : de l'andalousie

Tandina : de Tanger

Assarki : Gens de l'est du Maroc

Albassa : descendants des Pachas

 

Enfin Touré, nom générique, sous lequel on les distinguent tous. Il est indéniable qu'une partie des origines des armas certes lointaine est marocaine mais aussi andalouse, même si maintenant leur Intégration au cours des générations a achevé de leur donner la couleur de peau et les mœurs de leurs voisins noirs songhoï. Les derniers survivants de l'armée marocaine et leurs successeurs laissés à eux-même vont se livrer une lutte perpétuelle et successive du pouvoir; par la division venue de Marrakech et celle de Fez pour le choix des hauts dignitaires. De 1700 a 1833, 160 pachas se succédèrent sur la ville au long de 242 années que durera le Pachalik.

Affaibli, en 1827 le Pachalik va tomber sous la domination des Peulhs de Sékou Amadou, puis des Toucouleurs, Touaregs et enfin des Français. Malgré ces multiples dominations, la ville restera toujours aux mains d'un chef arma qui sera désormais nommé par l'occupant. Depuis la fin du Pachalik, les Armas perdirent le pouvoir et l'autorité qu'ils détenaient, pour n'occuper que des rôles secondaires tels que Kahia (Chef de division) sous les peulhs et Touaregs et enfin chef de Canton ou de quartier sous la domination française au 19eme siècle. De cette période, au jour d'aujourd'hui les armas ont fini par adopter, une institution traditionnelle permettant de préserver et sauvegarder leur identité culturelle   Elle s'appelle AlGuinssy, (de l'arabe Aljinsh qui veut dire groupe ou clan)

Cette institution traditionnelle n'est ouverte effectivement qu'aux Armas seuls et les singularise de ce fait des autres communautés de Tombouctou. Dans sa composition, c'est un organe hiérarchisé avec une conception militaire, qui gère la communauté arma et les cérémonies sociales : mariage, baptême etc. Les Armas qui ont pour sites les quartiers de Djingareï ber et Sareïkina, sièges au temps du pachalik, sont regroupés en "Alguinssy". Les deux "Alguinssy", bien qu'indépendants, peuvent être amener à s'unir pour un but Commun.

Par sa riche tradition, l'influence de la culture Arma est omniprésente, dans tous les secteurs sociaux   culturels de Tombouctou.  L'architecture, le vestimentaire, le culinaire, et dans toutes les cérémonies.

Enfin, deux associations furent créées, pour venir en aide au travail de sauvegarde des valeurs culturelles, économiques et sociales de la communauté Arma.

1) ATAMIM (association Tombouctien d'amitié avec le monde Ibérique et le Maghreb) avec récépissé de l'année 1992, qui entretien voilà plus d'une décennie des relations d'amitié et de coopération avec la ville natale de Pacha, Djouder.

2) TANARE en souvenir d'une cérémonie traditionnelle ARMA, qui commémore chaque année, l'anniversaire du Maouloud. Avec récépissé de l'année 2004.

Je ne s'aurai conclure, sans exprimer le souhait de la Communauté ARMA de Tombouctou, de voir naître et se développer des échanges avec les villes comme Marrakech, Fez, Tanger etc. dans les domaines variés, comme la faisabilité d'un festival ARMA et d'autres activités socio  culturelles afin de travailler à la renaissance de notre passé historique commun.

 Khalil l. Touré, Notable Djingareï  bèr

22 Septembre, est seul responsable du contenu de cet article  
3944 hits
Autres Articles dans la même catégorie
Secret de femme : Le contenu du panier de la ménagère pendant la période des pluies  ( 1)
Gestion communale et leadership : les femmes conseillères municipales se forment  ( 1)
Tombouctou : L'imam Dicko, un prêcheur hors pair  ( 10)
Face à la légèreté des mœurs dans la cité des 333 Saints… : Les Imams de Tombouctou s'insurgent contre Miss ORTM et attribuent la tragédie de Maouloud à la dépravation des mœurs  ( 33)
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
15 réactions (3 en attente de modération)1 2  
Posté par adiaro  452,  le 28 Jun 2010 07:06:46 GMT
 
mon frere ce que j'ai dit est plus claire et propre que l'eau de roche donc je ne vois pas
en quoi il peut avoir de polemique, se ton droit et tu es libre de dire ce que tu veux, quoi
qu'il en soit tu ne peux pas changer cette histoire, se ta verité qui est ecrite dans tes
references histoique documentées mais pas dans celle du centre Ahmed Baba de Tombouctou que
je connais merci.
 
  Répondre à < adiaro >
Posté par adiaro  452,  le 25 Jun 2010 20:57:11 GMT
 
Dibysillasdiarra je ne suis pas d'accord avec ce que tu dis, tu es prié de dire tout ce que
tu connais dans l'histoire de Touré sans raconté des blas blas, cette histoire est clair et
reelle qui n'est pas inventé par djeli baba Sissoko ni par Kandia Kouyaté, je ne parle pas
de Touré de Kays, ni des Samake ou Sogoba je parle de ceux du nord, je suis d'accord sur un
point ils sont descendents mixtes des arabomarocains et songhey, ce que tu refuses de dire
et tu le transforme en mercenairia est que la presence des ces Marocains etait dans un cadre
d'islamisation, une petite question qu'est ce qui est écrit dans les manuscits de centre
Ahmed Baba consernant ces arabonarocains
 
 
Réponse de < Dibysilasdiarra  1571 > à < adiaro >,  le 27 Jun 2010 18:17:22 GMT
 
Adiaro, je prefere respectueusement ne pas polemiquer sur ce sujet.Il serait bien si tu pousses tes propres recherches dans ce cadre et la verite est ecrite dans ces references historiques documentees.A toi de rechercher...Salaam, mon frere!
 
  Répondre à < Dibysilasdiarra >
Posté par adiaro  452,  le 25 Jun 2010 14:05:54 GMT
 
réponse à sincérité l'histoire raconté par se Monsieur est la vrais se ton histoire de
l'empire de Ouagadougou qui ne tient pas du tout, ce que tu dis est different de ce que
certains soninkés m'ont dit sur les Touré de chez vous, regardez seulement entre vos deux
histoires tu te rendreras compte que l'autre avec des noms des dates est plus credible que
la tienne, vas au centre Ahmed Baba tu verras l'histoire de Touré du nord du Mali, j'ai eté
dans plusieurs villes cité par le Monsieur effectuvement les Touré sont appellé comme il l'a
dit par contre il n'a pas cté d'autes non comme Almoundachi etc... et expliquer comment venu
ce nom, à Bamba on dit Arouma non Rouma qui a une expication plus profonde que ce qu'il a
expliqué, bref cher frere croie moi la vrais histoire de Touré se ça peut etre il qu y avait
eu des evenements vers vous qui font que vous avez des explications differente de cette
histoire, toute mes excuses
 
 
Réponse de < Dibysilasdiarra  1571 > à < adiaro >,  le 25 Jun 2010 14:32:44 GMT
 
Je ne suis pas de meme d'accord avec cet article.Les Toure ne sont autres que les descendants mixtes des mercenaires arabo-marocains qui sont venus piller le Songhoy de facon illegale.Les Toure et les Zoulous s'il y a quelquechose qu'ils partagent en commun ce sont leurs origines sombres dont je m'abstiens de nommer par crainte de me faire lyncher ici.Les Anciens Manuscrits de Tombouctou sont clairs sur leurs origines.Je respecte les Toure.Aujourd'hui c'est un nom national dans notre pays.Maintenant ce qui recherchent toujours les origines historiques de ce nom vont jusqu'a confondre le mot elephant en Soninke avec tout un patronyme.Je vous defie de me donner des noms Toure qui existaient sous l'Empire du Wagadou comme Wague, Cisse, Syllah,Tounkara, etc.? Chers cousins,ne reinventons pas l'histoire.Soyons nous-memes.
 
  Répondre à < Dibysilasdiarra >
Posté par Sincérité  84,  le 25 Jun 2010 11:17:35 GMT
 
Pendant la periode de l'empire du Ouagadou dirrigé par les Soninkés,il y 'avait dans l'armée
une unité d'elites uniquement constituée de soldats grands,gros et forts à l'image des
éléphants,de quoi faire peur à l'ennemi pour l'affaiblir.Ces soldats etaient appelées
TOURE(éléphants en Soninké).Pendant les guerres,c'est cette unité d'elites qui prennait le
devant pour donner un serieux coup psychologique à l'ennemi pour l'affaiblir grace à leurs
statures impressionnantes.Les descendants de ses soldats sont toujours appélés TOURE en
Soninké,SAMAKE en bambara et SOGOBA en minianka.L'histoire racontée par le journaliste est
purement etrange.Je n'ai nulle part enttendu ça ,ni en tradition orale,ni dans un ecrit.
 
 
Réponse de < Dibysilasdiarra  1571 > à < Sincérité >,  le 25 Jun 2010 14:41:57 GMT
 
Tes correspondances (images mathematiques) de ces patronymes ne tiennent pas.Toure noble chez le Soninke se retrouve Samake forgeron chez le Bamanan et redevient Sogoba noble chez le Mianka??? Je ne suis pas d'accord avec cette equation....Tu as mal pose ce probleme et ce n'est pas a demi-resolu comme veut le raisonnement mathematique que tu avances ici.
 
  Répondre à < Dibysilasdiarra >
Posté par LAIKO  53,  le 25 Jun 2010 08:33:20 GMT
 
Ok, Monsieur le MODERATEUR, j'ai oublié que la liberté d'expression a été supprimée sur
MALIWEB
 
  Répondre à < LAIKO >
Posté par Bishop  280,  le 25 Jun 2010 01:49:47 GMT
 
Je ne sais pas quelle est cette manie de toujours vouloir appartenir ou descendre d'une
population blanche,arabe ou martienne... tout le monde sais bien que les Touré n'ont rien de
marocain,pacha ou pasouris andalous??? je ne sais quoi d'autre???? Les Touré descendent de
wagadou, Touré veut dire elephant en soninke et Samaké en bambanan donc ne nous rencontent
pas des histoires a dormir debout
 
 
Réponse de < Maliboro  819 > à < Bishop >,  le 25 Jun 2010 09:45:42 GMT
 
MR. si tu ne comprends rien tais toi même ces TOURE sont descendants des berberes, des arabes etc... Et d'ailleurs ou est ton problème si des gens disent qu'ils descendants de satan ou autres.
 
  Répondre à < Maliboro >
Posté par Kinguiranke  19547,  le 25 Jun 2010 00:43:11 GMT
 
Des marocains au Mali qu'est-ce qu'il ya de fier dans cette histoire, s'ils se reclament
marocains, ils doivent rentrer chez eux au Maroc et nous laisser en paix chez nous au Mali.
 
  Répondre à < Kinguiranke >
Posté par veridick  136,  le 24 Jun 2010 14:52:28 GMT
 
Merci pour cette riche et intéressante contribution.
 
  Répondre à < veridick >
Posté par Zodic  201,  le 24 Jun 2010 14:25:19 GMT
 
Bonne contribution pour l'histoire de notre pays. Continuez Sages du Mali à nous éclairer!
Homme connais-toi, toi même...
 
  Répondre à < Zodic >
Posté par sabour  570,  le 24 Jun 2010 13:54:48 GMT
 
Les marocains du mali
 
  Répondre à < sabour >
15 réactions (3 en attente de modération)1 2  

 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011